L’Imam Ahmad Ibn Hanbal rapporte le caractère permis de rechercher la protection par des ayah du Qour-an que porterait la personne (hirz)

4 06 2011

    

Dans son livre « Al-‘Ilal wa Ma’rifatou r-Rijal » qui est un livre comportant des questions et des jugements rapportés de l’Imam Ahmad par son fils ‘Abdou l-Lah (page 521 de cette édition), ‘Abdou l-Lah a dit :

«  Mon père (c’est-à-dire l’Imam Ahmad Ibnou Hanbal) m’a rapporté […] de  Ach-Cha’bi qu’il a dit : il n’y a pas de mal à rechercher la protection par des ayah du Qour-an que porterait la personne »

Informations utiles :

– L’Illustre savant du salaf, le Moujtahid, l’Imam Abou ‘Abdi l-Lah Ahmad Ibnou Mouhammad Ibnou Hanbal Ach-Chaybani est né en 164 et il est décédé en 241 de l’Hégire (rahimahou l-Lah) c’est-à-dire il y a plus de 1190 ans. Il est l’Imam de l’école Hanbalite, l’un des quatre Imams.

– Ici, l’Imam Ahmad Ibnou Hanbal, rapporte à son fils ‘Abdou l-Lah Ibn Ahmad, que Ach-Cha’bi qui est également un savant du salaf, a dit que le fait de rechercher la protection par des ayah du Qour-an que porterait la personne, est permis.

– Parmi les autres preuves du caractère licite de cela, il y a le fait que les compagnons du Prophète (salla l-Lahou ‘alayhi wa sallam) les accrochaient autour du cou de leurs enfants. Ainsi, dans le hadith rapporté par At-Tirmidhi : « Qala Abdoul-Lah Ibnou ‘Amr : kounna nou’allimou sibyanana l-ayati mina l-qour-ani wa man lam yablough naktoubouha ‘ala waraqatin wa nou’alliqouha ‘ala sadrih », ce qui signifie : « Abdoul-Lah Ibnou ‘Amr a dit : « Nous enseignions à nos enfants les ayah du Qour-an. Pour ceux qui n’avaient pas encore atteint la puberté, nous les écrivions sur une feuille que nous accrochions à leurs cous ». ». Ce hadith est hassan (fiable) comme l’a indiqué le hafidh Ibnou Hajar Al-‘Asqalani. Ceci fera l’objet d’un article incha-a l-Lah.

– On ne prend donc pas en considération les prétentions de certains groupes déviés selon lesquels le port du hirz serait du chirk (association à Allah).

-En effet, tous les croyants savent pertinemment que la création n’appartient qu’à Allah, et aucun d’entre eux n’a pour croyance que le hirz crée la protection. Ces groupes se déclarent-ils associateurs lorsqu’ils prennent des médicaments pour guérir de leur maladie ? Pourtant n’est-ce pas Allah qui crée la guérison?

– Par conséquent, tout comme il est licite de prendre des médicaments pour espérer la guérison, il est également permis de rechercher les causes de protection par le port de hirz. Et aucun savant musulman digne de ce nom, que ce soit parmi les salafs ou les khalafs n’a jamais blâmé ou interdit cela.


Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s