Ibn Kathir rapporte l’interprétation de l’Imam Ahmad au sujet du verset « wa ja-a Rabbouka »

23 12 2012

al-bidayah wa nihaya ibn kathir t5   imam Ahmad -interpretation- ta'wil -wa ja'a rabbouka

Dans son livre d’histoire « Al-Bidayah wa n-Nihayah » (tome 5, page 322 de cette édition) Ibnou kathir rapporte l’interprétation de l’Imam Ahmad Ibnou Hanbal. Il a dit :

« روى البيهقي عن الحاكم عن أبي عمرو بن السماك عن حنبل أن أحمد بن حنبل تأول قول الله تعالى {وجاء ربك} أنه : جاء ثوابه . ثم قال البيهقي : وهذا إسناد لا غبار عليه »

« Al-Bayhaqi rapporte de Al-Hakim qui le tient de Abou ‘Amr ibn As-Sammak qui le tient de Hanbal que Ahmad ibn Hanbal a interprété la parole de Allah : {وَجَآءَ رَبُّك } « wa ja-a Rabbouka » [Sourat Al-Fajr / 22] en disant que Sa récompense viendra.

Puis, Al-Bayhaqi a dit: « Cette chaîne de transmission est incontestable »

Informations utiles :

– Isma’il Ibnou Kathir Ad-Dimachqi est né en 701 et il est décédé en 774 de l’hégire. Il est souvent pris en référence par les gens qui se prétendent à tord Salafis. Il a été élève de Ibnou Taymiyyah durant sa jeunesse.

– L’Imam, le Hafidh Abou Bakr Ahmad Ibnou l-Houçayn Al-Bayhaqi, est né en 384 et il est décédé en 458 de l’hégire (rahimahou l-Lah) c’est-à-dire il y a presque 1000 ans. Il fait parti des plus grands savants du hadith, et il est de l’école de jurisprudence Chafi’ite.

– L’Illustre savant du Salaf, le Moujtahid, l’Imam Abou ‘Abdi l-Lah Ahmad Ibnou Mouhammad Ibnou Hanbal Ach-Chaybani est né en 164 et il est décédé en 241 de l’Hégire (rahimahou l-Lah) c’est-à-dire il y a plus de 1190 ans. Il est l’Imam de l’école Hanbalite, l’un des quatre Imams.

– Ici, Ibnou Kathir mentionne dans son ouvrage, par le biais de l’Imam Al-Bayhaqi, que l’Imam Ahmad ibn Hanbal a fait l’interprétation du verset {وَجَآءَ رَبُّك } « wa ja-a Rabbouka », en disant que c’est la récompense de Allah qui viendra. Puis il rapporte que l’Imam Al-Bayhaqi a dit que la chaîne de transmission de cette citation est incontestable.

– En effet, ce verset ne veut pas dire que c’est Allah lui-même qui viendra comme l’ont prétendu certains anthropomorphistes.

– Retrouvez d’autres paroles de savants au sujet de ce verset : ici .






Ibn Kathir parle de l’istiwa de Allah

21 06 2012

   

Dans son tafsir, lors de l’explication du verset { ثُمَّ ٱسۡتَوَىٰ عَلَى ٱلۡعَرۡشِ } (thoumma stawa ‘ala l-‘arch) [Sourat Al-A’raf/54], Ibnou Kathir a dit :

« Les gens ont à ce sujet plusieurs avis, mais ce n’est pas le lieu de les détailler ici. Nous citons ici la voie du Salaf vertueux de Malik, de Al-Awza’i, de Ath-Thawri, de Layth Ibnou Ka’b, de Ach-Chafi’i, de Ahmad ibnou Hanbal, de Ishaq ibnou Rahawih et d’autres qu’eux parmi les imams musulmans du passé et contemporains et plus récents, à savoir de lire ces versets comme ils sont parvenues. Sans attribuer le comment, ni d’assimilation, ni annulation de ces versets. 

Et le sens apparent qui vient à l’esprit des assimilateurs est nié au sujet de Allah ta’ala. Car Allah n’a pas de ressemblance avec quoi que ce soit de Ses créatures. Rien n’est tel que Lui et Il est Celui qui entend et qui voit. Mais il en est comme l’on dit les imams parmi lesquels Na’im ibnou Hammad al-Khouza’i, le chaykh de Al-Boukhari, qui a dit : « Celui qui assimile Allah à Ses créatures est un mécréant, et celui qui renie ce que Allah a cité comme attributs pour Lui-même est mécréant ». Et il n’y a pas, dans les attributs que Allah a cités comme étant Ses propres attributs ni dans ceux que Son messager a cités, d’assimilation. Celui qui confirme à Allah ta’ala ce qui est parvenu dans les versets explicites et les nouvelles sûres, conformément à ce qui est digne de l’éminence de Allah ta’ala et qui a nié au sujet de Allah ta’ala les défauts, il aura suivi la voie de bonne guidée.»

Informations utiles :

– Isma’il Ibnou Kathir Ad-Dimachqi est né en 701 et il est décédé en 774 de l’hégire. Il est souvent pris en référence par les gens qui se prétendent à tord Salafis. Il a été élève de Ibnou Taymiyyah durant sa jeunesse.

– Ici lorsqu’il explique le verset { ثُمَّ ٱسۡتَوَىٰ عَلَى ٱلۡعَرۡشِ } (thoumma stawa ‘ala l-‘arch) [Sourat Al-A’raf/54], il cite de nombreux savants qui se sont contenté de lire ce verset et ceux qui sont similaires, tels qu’ils sont parvenues dans les textes, tout en exemptant Allah du comment, sans assimiler Allah à Ses créatures et sans annuler ces versets.

– Ensuite, il dit que prendre ce verset et ceux qui sont similaires au sens apparent est la voie des assimilateurs (mouchabbihine). En effet le sens apparent de « istawa » est la position assise, l’établissement, l’installation, l’élévation spatial. Tous ces sens sont à rejeter au sujet de Allah.

– Voir d’autres paroles de savants au sujets du terme « istawa » : ici .





L’Imam Ahmad Ibn Hanbal dit que Allah n’est pas un corps [rapporté par Abou l-Fadl At-Tamimi]

21 05 2012

At-tamimi - ahmad ibn hambal   ahmad ibn hambal - Allah n'est pas un corps

Dans son livre « I’tiqadou l-Imamou l-Mounabal Abi ‘Abdi l-Lahi Ahmad bni Hanbal », l’Imam Abou l-Fadl At-Tamimi rapporte que l’Imam Ahmad ibn Hanbal a répliqué à ceux qui attribuent le corps à Allah en disant :

« إن الأسماء مأخوذة من الشريعة واللغة، وأهل اللغة وضعوا هذا ‏الاسم على ذي طولٍ وعرضٍ وسمكٍ وتركيبٍ وصورةٍ وتأليف والله تعالى خارج عن ذلك كله، فلم يجز أن يسمى ‏جسمًا لخروجه عن معنى الجسمية، ولم يجىء في الشريعة ذلك فبطل »

« Les noms sont pris de la religion (chari’ah) et de la langue arabe, or les spécialistes de la langue ont mentionné que le mot « corps » (jism) est attribué pour tout ce qui présente une longueur, une largeur, une épaisseur, une composition et une image, et Allah ta’ala est exempt de tout ceci. Il n’est donc pas permis de Lui attribuer le corps (jism) car Il en est exempt, en plus ce terme n’a pas été cité dans la religion (chari’ah) comme nom de Allah, ce qui montre que cela est infondé ».

Informations utiles :

– L’Illustre savant du Salaf, le Moujtahid, l’Imam Abou ‘Abdi l-Lah Ahmad Ibnou Mouhammad Ibnou Hanbal Ach-Chaybani est né en 164 et il est décédé en 241 de l’Hégire (rahimahou l-Lah) c’est-à-dire il y a plus de 1190 ans. Il est l’Imam de l’école Hanbalite, l’un des quatre Imams.

– L’Imam Abou l-Fadl At-Tamimi Al-Baghdadi Al-Hanbali est décédé en 410 de l’Hégire (rahimahou l-Lah), c’est-à-dire il y a environ 1025 ans. Il était le chef et le fils du chef des Hanbalites à Bagdad.

– Le fait de nier le corps au sujet de Allah, fait partie des choses sur lesquelles la communauté musulmane est unanime.

– Cette citation est également rapportée par l’Imam Al-Bayhaqi dans son livre Manaqibou Ahmad.

– L’Imam Ahmad Ibnou Hanbal a également dit, pour nier le corps au sujet de Allah : « Celui qui dit que Allah est un corps pas comme les autres corps, il devient [quand même] mécréant ». Voir l’article à ce sujet : ici .





Les quatre Imams déclarent mécréants ceux qui attribuent la direction ou le corps à Allah

31 03 2012

   

Dans son livre « al-Minhajou l-Qawim » (page 254 de cette édition) le Chaykh Ibnou Hajar Al-Haytami a dit :

« واعلم أنّ القرافيّ وغيره حكوا عن الشّافعيّ ومالكٍ وأحمد وأبي حنيفة رضي الله عنهم القول بكفر القائلين بالجهة والتّجسيم وهم حقيقون بذلك »

 «  Sache que Al-Qarafi et d’autres ont rapporté de Ach-Chafi’i, de Mâlik, de Ahmad [Ibn Hanbal] et de Abou Hanifah, que Dieu les agrée, que ceux qui disent [à propos de Dieu] qu’Il est dans une direction ou qu’Il est un corps ont commis de la mécréance, et ils [ces savants] ont raison en cela  »

Informations utiles :

– L’Imam, le Moujtahid –jurisconsulte– Mouhammad Ibnou Idris Ach-Chafi’i est l’un des plus grand savants de notre communauté, c’est une référence incontournable pour tous musulman. C’est un salaf (C’est à dire qu’il a vécu dans les trois premiers siècles de l’hégire), il est né en 150 et il est décédé en 204 de l’Hégire (rahimahou l-lah) c’est-à-dire il y a environ 1230 ans. Il est l’Imam de l’école (madh-hab) chafi’ite.

– L’Imam, le spécialiste de la science du Hadith, le Moujtahid –jurisconsulte–,  Malik Ibnou Anas est l’un des plus grand savants de notre communauté, il est une référence incontournable pour tous musulman. C’est un salaf (C’est à dire qu’il a vécu dans les trois premiers siècles de l’Hégire), il est né en 93 et il est décédé en 179 de l’Hégire (rahimahou l-Lah) c’est-à-dire il y a environ 1255 ans. Il est l’Imam de l’école (madh-hab) Malikite.

– L’Imam, le Moujtahid Abou Hanifah an-Nou’man Ibnou Thabit, est l’un des savants du Salaf les plus réputés. Il est né en 80 et il est décédé en 150 de l’Hégire (rahimahou l-Lah). C’est-à-dire il y a plus de 1280 ans. Il est l’Imam de l’école Hanafite et il a eu l’honneur de rencontrer des compagnons du Messager de Allah (salla l-Lahou ‘alayhi wa sallam)

– L’Illustre savant du salaf, le Moujtahid, l’Imam Abou ‘Abdi l-Lah ‘Ahmad Ibnou Mouhammad Ibnou Hanbal Ach-Chaybani est né en 164 et il est décédé en 241 de l’Hégire (rahimahou l-Lah) c’est-à-dire il y a plus de 1190 ans. Il est l’Imam de l’école Hanbalite, l’un des quatre Imams.

– L’illustre savant, spécialiste des fondements (ousouli) le Chaykh Ahmad Ibnou Idris Al-Qarafi Al-Maliki Al-Misri, est l’un des spécialistes de la jurisprudence (fouqaha) chez les malikites. Il est né en 626 et il est décédé en 684 de l’Hégire (rahimahoullah) c’est-à-dire il y a environ 750 ans.

– Le Chaykh Chihaboud-Din Ahmad Ibnou Mouhammad Ibnou Hajar Al-Haytami est né en 907 et il est décédé en 974 de l’Hégire (rahimahou l-Lah) c’est-à-dire il y a environ 460 ans. Il était un savant dans l’école de jurisprudence (madh-hab) chafi’ite.

– Ici, Ibnou Hajar Al-Haytami rapporte de Al-Qarafi et d’autres savants que les fondateurs des 4 écoles de jurisprudence (madh-hab) sunnite, l’Imam Abou Hanifah, l’Imam Malik, l’Imam Ach-Chafi’i et l’Imam Ahmad Ibn Hanbal, ont dit qu’attribuer la direction et le corps à Allah est de la mécréance. Il y a donc unanimité des fondateurs des quatre écoles sur cela.





L’Imam Ahmad Ibn Hanbal déclare mécréant celui qui attribue le corps à Allah

1 09 2011

   

Dans son livre « Tachnifou l-Maçami’ » (tome 2 page 249 de cette édition) l’Imam Az-Zarkachi rapporte de l’auteur du livre Al-Khisal qu’il a dit : l’Imam Ahmad Ibnou Hanbal a dit :

« من قال أن الله جسم لا كالأجسام كفر »

« Celui qui dit que Allah est un corps pas comme les autres corps, il devient mécréant »

Informations utiles :

– L’Illustre savant du salaf, le Moujtahid, l’Imam Abou ‘Abdi l-Lah Ahmad Ibnou Mouhammad Ibnou Hanbal Ach-Chaybani est né en 164 et il est décédé en 241 de l’Hégire (rahimahou l-Lah) c’est-à-dire il y a plus de 1190 ans. Il est l’Imam de l’école Hanbalite, l’un des quatre Imams.

– Le fait de nier le corps au sujet de Allah, fait partie des choses sur lesquelles la communauté musulmane est unanime.

– L’Imam Ahmad a dit également, pour nier le corps au sujet de Allah : « Les noms sont pris de la religion et de la langue arabe, or les spécialistes de la langue ont mentionné que le mot « corps » est attribué pour tout ce qui présente une longueur, une largeur, une épaisseur, une composition et une image et Allah est exempt de tout ceci. Il n’est donc pas permis de Lui attribuer le corps car Il en est exempt, en plus ce terme n’a pas été cité dans la religion comme nom de Dieu, ce qui montre que cela est infondé » [Rapporté par Abou l-Fadl At-Tamimi Al-Baghdadi Al-Hanbali et également par Al-Bayhaqi dans son livre Manaqibou Ahmad]. Voir l’article à ce sujet : ici .

– L’Imam Ahmad Ibnou Hanbal précise bien que la personne qui dit que Allah est un corps, même si elle ajoute ensuite « pas comme les autres corps », elle est tout de même mécréante.

– Le Mouhaddith, le Faqih, le Spécialiste de la science des fondements (‘ousouli) Badrou d-Din Az-Zarkachi, né en 745 et décédé en 794 de l’hégire (rahimahou l-Lah) c’est-à-dire il y a environ 640 ans.





L’Imam Ibn Al-Jawzi rapporte que l’Imam Ahmad Ibn Hanbal n’a jamais attribué de direction à Allah

30 07 2011

   

Dans son livre « Daf’ou Choubahi t-Tachbih » (page 135 de cette édition) l’Imam Ibnou Al-Jawzi rapporte :

« كان أحمد – يعني الإمام أحمد بن حنبل  – لا يقول بالجهة للباري »

«Ahmad (C’est-à-dire l’Imam Ahmad Ibnou Hanbal) n’a jamais attribué de direction à Al-Bari (le Créateur : c’est-à-dire Allah)»

Informations utiles :

– L’Illustre savant du salaf, le Moujtahid, l’Imam Abou ‘Abdi l-Lah Ahmad Ibnou Mouhammad Ibnou Hanbal Ach-Chaybani est né en 164 et il est décédé en 241 de l’Hégire (rahimahou l-Lah) c’est-à-dire il y a plus de 1190 ans. Il est l’Imam de l’école Hanbalite, l’un des quatre Imams.

– L’Imam, le Hafidh –spécialiste des chaînes de transmission du hadith–, le Moufassir –exégète– Abdou r-Rahman Ibnou ‘Ali connu sous le nom de Ibnou l-Jawzi le Hanbalite est né en 508 et il décédé en 597 de l’Hégire (rahimahou l-Lah) c’est-à-dire il y a 835 ans.

– Ibnou l-Jawzi fait partie des piliers des hanbalites. Il a écrit son livre « Daf’ou Choubahi t-Tachbih » pour répliquer à ceux qui ont attribué le corps à Allah tout en se réclamant de l’école de l’Imam Ahmad alors que l’Imam Ahmad est innocent de ce qu’ils ont pris pour croyance. Ibnou Al- Jawzi a souligné dans ce livre que la croyance du Salaf est bien la croyance de l’Imam Ahmad, l’exemption de Allah de l’endroit, de la limite, du corps, de la position debout, assise, de l’installation et de toutes les autres caractéristiques des choses qui entrent en existence et des corps.

– Ici, il rapporte que l’Imam Ahmad Ibnou Hanbal n’a jamais attribué de direction à Allah. Et ceci est la voie des gens de Ahlou s-Sounnah dans leur totalité.





An-Nawawi rapporte de Ibn ‘Oumar et de Ach-Chafi’i le caractère recommandé de réciter le Qour-an en faveur des morts musulmans

16 06 2011

   

L’Imam An-Nawawi, dans son livre Al-Adhkar (page 159 de cette édition) après avoir cité un hadith incitant les musulmans à invoquer Allah en faveur du défunt musulman, il a dit :

« قال الشافعي والأصحاب: يُستحبّ أن يقرؤوا عنده شيئاً من القرآن، قالوا: فإن ختموا القرآن كلَّه كان حسناً »

« Ach-Chafi’i et les as-hab – les savants de l’école – ont dit : « Il est recommandé qu’ils récitent auprès de lui quelque chose du Qour-an. Ils ont dit : Et s’ils récitent tout le Qour-an, c’est bien »

Puis An-Nawawi a dit :

« وروينا في سنن البيهقي بإسناد حسن؛ أن ابن عمر استحبَّ أن يقرأ على القبر بعد الدفن أوّل سورة البقرة وخاتمتها »

« Il nous a été rapporté dans les Sounan de Al-Bayhaqi avec une chaîne de transmission haçan – fiable – que Ibnou ‘Oumar a jugé recommandé de réciter sur les tombes après l’enterrement, le début et la fin de sourat Al-Baqarah »

Informations utiles :

– L’imam, le Hafidh Abou Zakariyya Mouhyi d-Din Yahya Ibnou Charaf An-Nawawi est un savant de référence. Il est né en 631 et il est décédé en 676 de l’hégire (rahimahou l-Lah), c’est-à-dire il y a plus de 750 ans. C’est un savant dans l’école de jurisprudence Chafi’ite.

– Ici il rapporte de l’Imam Ach-Chafi’i (et des savants de son école) ainsi que du compagnon Ibnou ‘Oumar, le caractère  recommandé de réciter le Qour-an en faveur des morts musulmans.

– Parmi les preuves que la récitation du Qour-an par un tiers est utile au musulman décédé, il y a la parole du Messager (salla l-Lahou ‘alayhi wa sallam) : « إِقْرَءُوا يَس عَلَى مَوْتَاكُم » ce hadith signifie : « Récitez Ya Sin pour vos morts » [Rapporté par Abou Dawoud, An-Naça-i dans « Les actes du jour et de la nuit », Ibnou Majah, Ahmad, Al-Hakim et Ibnou Hibban.] (ceci fera l’objet d’un article incha-a l-Lah)

– il n’y a aucune preuve qui interdise la récitation du Qour-an en faveur du défunt musulman, ni dans Al-Qour-an ni dans la Sounnah. Et jamais aucun savant des écoles de jurisprudence ne l’a interdite. Comment alors certains ont-ils eu l’audace d’interdire ce que jamais personne avant eux n’a interdit de faire ?





L’Imam Ahmad Ibn Hanbal autorise et pratique le tabarrouk (recherche de bénédiction) par le Prophète

15 06 2011

   

Dans son livre « Siyari A’lami n-Noubala » (tome 11 page 212 de cette édition), Adh-Dhahabi a dit :

« ‘Abdou l-Lah ibnou Ahmad (le fils de l’imam Ahmad ibnou Hanbal) a dit: J’ai vu mon père (l’imam Ahmad ibnou Hanbal) prendre un cheveu de ceux du Prophète (salla l-Lahou ‘alayhi wa sallam), il l’a mis dans sa bouche puis l’a embrassé. Et je suis sur de l’avoir vu le mettre sur ses deux yeux, et l’avoir mélangé avec de l’eau, d’avoir bu cette eau en recherchant la guérison par cela.
Et je l’ai vu prendre le bol du Prophète, le laver dans un puits, puis boire dedans. Je l’ai vu boire de l’eau de Zamzam en recherchant la guérison et s’essuyer les mains et le visage avec elle.

Je dis (c’est Adh-Dhahabi qui parle) : Où est le déni de Ahmad dans cela, il fut rapporté que ‘Abda l-Lah demanda à son père au sujet de quelqu’un qui touche le pommeau du minbar du Prophète (salla l-Lahou ‘alayhi wa sallam) et touche le mur de la chambre Honorée du Prophète (salla l-Lahou ‘alayhi wa sallam) et Ahmad Ibnou Hanbal répondit : « Je ne vois aucun mal dans cela », Que Allah nous protège des égarements des khawarij et de [leurs] innovations»

Informations utiles :

– L’Imam, le Moujtahid –jurisconsulte–  Ahmad Ibn Hanbal est l’un des plus grand savant de notre communauté, c’est une référence incontournable pour tous musulman. C’est un salaf (C’est à dire qu’il a vécu dans les trois premiers siècles de l’hégire), Il est né en 164 et il est décédé en 241 de l’hégire (rahimahou l-Lah) c’est-à-dire il y a plus de 1190 ans. Il est l’Imam de l’école (madh-hab) Hanbalite.

– Le tabarrouk c’est la recherche de bénédiction par les traces physiques d’un Prophète ou d’un être de vertu, tout en sachant, bien évidemment, que c’est Allah ta’ala qui est Le Créateur de la guérison, du profit, de la barakah etc.

– La permission de faire cela est comprise des actes du Prophète (salla l-Lahou ‘alayhi wa sallam). Parmi ses actes : lors du pèlerinage d’adieu, il rasa sa tête et distribua ses cheveux aux compagnons pour qu’ils puissent profiter des bénédictions. Ceci est cité par Al-Boukhariyy et Mouslim dans leur sahih. Voir l’article à ce sujet : ici .

– Cette citation nous démontre que les musulmans du salaf, autorisaient et pratiquaient le tabarrouk par le Prophète (salla l-Lahou ‘alayhi wa sallam) même après sa mort.

– Adh-Dhahabi est né en 643 et il est mort en 748 de l’hégire, c’est-à-dire il y a plus de 680 ans. Il est souvent pris comme référence par les gens de la déviation qui s’opposent au tabarrouk.





L’Imam Ahmad Ibn Hanbal rapporte le caractère permis de rechercher la protection par des ayah du Qour-an que porterait la personne (hirz)

4 06 2011

    

Dans son livre « Al-‘Ilal wa Ma’rifatou r-Rijal » qui est un livre comportant des questions et des jugements rapportés de l’Imam Ahmad par son fils ‘Abdou l-Lah (page 521 de cette édition), ‘Abdou l-Lah a dit :

«  Mon père (c’est-à-dire l’Imam Ahmad Ibnou Hanbal) m’a rapporté […] de  Ach-Cha’bi qu’il a dit : il n’y a pas de mal à rechercher la protection par des ayah du Qour-an que porterait la personne »

Informations utiles :

– L’Illustre savant du salaf, le Moujtahid, l’Imam Abou ‘Abdi l-Lah Ahmad Ibnou Mouhammad Ibnou Hanbal Ach-Chaybani est né en 164 et il est décédé en 241 de l’Hégire (rahimahou l-Lah) c’est-à-dire il y a plus de 1190 ans. Il est l’Imam de l’école Hanbalite, l’un des quatre Imams.

– Ici, l’Imam Ahmad Ibnou Hanbal, rapporte à son fils ‘Abdou l-Lah Ibn Ahmad, que Ach-Cha’bi qui est également un savant du salaf, a dit que le fait de rechercher la protection par des ayah du Qour-an que porterait la personne, est permis.

– Parmi les autres preuves du caractère licite de cela, il y a le fait que les compagnons du Prophète (salla l-Lahou ‘alayhi wa sallam) les accrochaient autour du cou de leurs enfants. Ainsi, dans le hadith rapporté par At-Tirmidhi : « Qala Abdoul-Lah Ibnou ‘Amr : kounna nou’allimou sibyanana l-ayati mina l-qour-ani wa man lam yablough naktoubouha ‘ala waraqatin wa nou’alliqouha ‘ala sadrih », ce qui signifie : « Abdoul-Lah Ibnou ‘Amr a dit : « Nous enseignions à nos enfants les ayah du Qour-an. Pour ceux qui n’avaient pas encore atteint la puberté, nous les écrivions sur une feuille que nous accrochions à leurs cous ». ». Ce hadith est hassan (fiable) comme l’a indiqué le hafidh Ibnou Hajar Al-‘Asqalani. Ceci fera l’objet d’un article incha-a l-Lah.

– On ne prend donc pas en considération les prétentions de certains groupes déviés selon lesquels le port du hirz serait du chirk (association à Allah).

-En effet, tous les croyants savent pertinemment que la création n’appartient qu’à Allah, et aucun d’entre eux n’a pour croyance que le hirz crée la protection. Ces groupes se déclarent-ils associateurs lorsqu’ils prennent des médicaments pour guérir de leur maladie ? Pourtant n’est-ce pas Allah qui crée la guérison?

– Par conséquent, tout comme il est licite de prendre des médicaments pour espérer la guérison, il est également permis de rechercher les causes de protection par le port de hirz. Et aucun savant musulman digne de ce nom, que ce soit parmi les salafs ou les khalafs n’a jamais blâmé ou interdit cela.